Théatre de rue en Inde

Les enfants aux premières loges

vendredi 2 juillet 2010 par Terre des Hommes France

Notre partenaire FEDINA fédère des groupes travaillant pour la défense des droits humains, mais chacun d’eux a sa spécificité. Ces groupes ont des animateurs qui interviennent auprès des populations pour les former. Dans ce cadre, le théâtre de rue est un outil de sensibilisation.

En se rendant dans les villages à la nuit tombée, les acteurs s’offrent une audience très large, même si la télévision qui a pénétré partout est une concurrente redoutable. Dès que le tambour retentit, les spec­tateurs se dirigent vers le centre du village où la troupe a déjà étendu la bâche qui va lui servir de scène. Les femmes et les enfants s’installent d’un côté, les hommes de l’autre. Les coupures d’électricité sont monnaie courante, on s’active alors pour apporter des lampes de secours ou allumer des torches en attendant le retour de la lumière. Elle finit par revenir et le spectacle peut commencer. Intouchabilité, com­mu­nautarisme, servage, droits des femmes, sujets d’actualité locale sont évoqués par les chants, les danses, le son des tambours ou le jeu théâtral. Quand le lown déboule au milieu de la foule, les petits Indiens éclatent de rire comme tous les enfants du monde. Ils suivent le spectacle avec beaucoup d’attention et restent bien éveillés malgré l’heure tardive. Le spectacle terminé, ils accompagnent les acteurs jusqu’à la maison où un repas leur sera servi. Demain, d’autres actions seront à mener, des démarches innombrables et fastidieuses à faire pour obtenir un permis de construire, rétablir un individu dans ses droits ou soutenir une famille éprouvée. Parfois, les enfants font partie du spectacle, comme dans la troupe de Nava Jyothi. De très jeunes filles exécutent des danses tradition­nelles accompagnées de chants engagés écrits par le groupe. Elles sont aussi actrices comme dans cette pièce écrite pour sensibiliser à la campagne « Désarmer pour vaincre la pauvreté ». Elles sont alors les élèves d’une classe de village fauchées en plein cours par un bombardier. Ces toutes jeunes filles attirent des spectateurs habituellement absents. Ce sont les adolescents qui fréquentent les mêmes écoles, les adolescents qui fréquentent les mêmes écoles, les mêmes commu­nautés religieuses ou qui habitent les villages où elles se produisent. Gageons que tous ces enfants seront particu­lièrement sensibles à l’injustice, au respect des autres et aborderont leur vie d’adulte avec un bon sens critique.

Le travail des animateurs est remarquable. Ce ne sont pas des professionnels et pourtant, ils changent leur spectacle environ tous les deux mois pour coller à l’actualité et aux campagnes qu’ils soutiennent par ailleurs. Un projet de formation de ces animateurs est à l’étude pour que leurs réalisations soient plus attractives et donc plus efficaces.

Lysiane André, animatrice de la commission Asie

Cet article a été publié dans Défi (décembre 2009), la revue trimestrielle de Terre des Hommes France.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 950783

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site Comment faire respecter les DESC ?  Suivre la vie du site Former et accompagner les populations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC | Webmaster : Zoul | Logo : www.laboiteapapillons.com

Creative Commons License