Les groupes de défense des droits ont violemment critiqué la décision du Bureau du Président des Philippines concernant les profits de la Philippine Airlines et ils soutiennent les travailleurs

vendredi 29 avril 2011 par Bernardo D. Larin - PhilRights

En déclarant que les droits des travailleurs et la dignité devraient être la priorité du Président Benigno Aquino III, plusieurs groupes de défense des droits de l’homme ont exprimé leur consternation quant à la décision récente du Bureau du Président confirmant que la Philippine Airlines (PAL) sous-traitera ses services d’aéroport, ea restauration à bord et le centre d’appels des réservations. D’après PALEA, l’association des employés de Philippine Airlines, ce plan d’accroissement des profits conduirait au licenciement de 2 600 employés.

Le réseau des ONG et organisations populaires pour les droits économiques, sociaux et culturels (NGO-PO Network for Economic, Social and Cultural Rights), constitué par une importante coalition d’environ 50 organisations de la société civile, a également annoncé qu’il apporterait son soutien total à la grève imminente de PALEA prévue dans les prochains jours.

Le Président de l’organisation ESCR-Asia Inc, Minerva G. Gonzales a fait remarquer qu’ « en confirmant la décision de la direction de licencier 2 600 employés de la Philippines Airlines, le Bureau du Président oublie, ou plutôt trahi, le plan de justice social énoncé dans la Constitution des Philippines de 1987 ».

Pendant ce temps, Max de Mesa de la Philippine Alliance of Human Rights Advocates (PAHRA) et également membre du réseau DESC, a déclaré que « le fait d’accorder la priorité aux affaires plutôt qu’aux droits de l’homme, se traduit par le sacrifice de la sécurité de l’emploi des travailleurs pour réaliser des profits, ce qui est inacceptable ».

Les membres du réseau DESC ont aussi rappelé au Président Aquino que les Philippines ont signé et ratifié depuis longtemps en 1974 le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) lequel garantit aux travailleurs un travail décent à temps plein incluant la sécurité de l’emploi et la titularisation.

La porte-parole du réseau, Nymia Pimentel Simbulan, a déclaré « nous exigeons que le gouvernement Pnoy prenne ses responsabilités en honorant ses obligations en matière de droits de l’homme envers les travailleurs Philippins, en revenant sur sa décision et en arrêtant la contractualisation du travail à PAL ».

Elle a ajouté que la décision du gouvernement à propos de PAL est une déclaration ouverte de soutien à la contractualisation du travail qui sape ouvertement le droit à la sécurité de l’emploi des travailleurs. Elle a également fait remarquer que ceci constitue un précédent dangereux qui pourrait être utilisé par les sociétés pour intensifier leurs programmes de sous-traitance.

Simbulan a dit que son groupe soutient la grève prévue des travailleurs de PAL du fait que « c’est la seule option viable qui leur reste au moment où leurs droits sont non respectés et violés, ils n’ont d’autre recours que de revendiquer leurs droits en faisant grève ».

Traduction : Elizabeth Pleiber


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 904204

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site La situation des DESC localement   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC | Webmaster : Zoul | Logo : www.laboiteapapillons.com

Creative Commons License