Réseau Aoudaghost

mercredi 24 décembre 2008 par Réseau Aoudaghost

RESEAU AOUDAGHOST

METHODOLOGIE ET STRATEGIE D’INTERVENTION

PRESENTATION GENERALE DU RESEAU AOUDAGHOST

AOUDAGHOST est un réseau qui a été créé en 1996 entre des structures d’appui à l’insertion socio économique et professionnelle des jeunes en Afrique. Il a regroupé quatorze (14) organisations de la société civile ressortissantes et des structures para publiques du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Conakry, du Mali, de la Mauritanie, du Sénégal et du Togo jusqu’en 2005.

Sur décision prise lors de l’Assemblée Générale ordinaire 2004 à Lomé (TOGO), le réseau a été restructuré et désormais ne sont membres que des organisations de la société civile intervenant sur la promotion des droits des jeunes, des femmes et des enfants en Afrique.

AOUDAGHOST est, d’une part, un cadre d’échange, de réflexion, de solidarité et d’intégration entre les structures membres et d’autre part, une force de proposition et de pression à l’échelle nationale et africaine pour de meilleures politiques sociales et économiques.

Le siège du réseau a été transféré de Ouagadougou à Bamako Mali.

42, porte 232 Hamdallaye
BP2744 Bamako, MALI – Tél. +223 20 29 59 10 / Fax. + 223 20 29 31 94
Email : aoudaghost@buroticservices.net.ml ou utiliser le formulaire de contact
Site web : http://www.aoudaghost.org

La structuration institutionnelle du réseau s’articule autour de trois (03) organes ; l’Assemblée générale, les Cellules nationales et la Coordination générale ; qui est l’instance de représentation et de pilotage des orientations politiques.

Le réseau est présent actuellement dans quatre pays d’Afrique :

Cellule du Mali

  • Association d’appui aux initiatives de développement (AID-Mali)
  • Association jeunesse – action (AJA-Mali)
  • GUAMINA
  • Mali –Environnement et Jeunesse ( Mali-EnJeu)

Cellule du Sénégal

  • Groupe de recherche et d’appui aux initiatives de développement endogène (GRAIDE)
  • Association pour une dynamique de progrès économique et social (ADPES)
  • Réseau africain pour le développement intégré (RADI)
  • La Kora PRD Tambacounda

Cellule du Bénin

  • Groupe de recherche et d’action pour la promotion de l’agriculture et du développement (GRAPAD)
  • Association des caisses de financement a la base (ACFB)
  • Association femme et vie (AFV ONG)

Cellule du Togo

  • Centre d’appui pour la Gestion et le Développement (CAGED)
  • Centre DON BOSCO Togo / Kara
  • Structure d’Appui au Développement des Enfants et des jeunes Filles en Difficulté au Togo (SOTCHI Kara)
  • IRAD-Maluk

retour au sommaire

BUT DU RESEAU

Etre un cadre d’échange, de réflexion, de solidarité et d’intégration entre les structures membres d’une part, de proposition et pression à l’échelle nationale et africaine pour de meilleures politiques sociales et économiques, d’autre part.

VISION DU RESEAU

Devenir une force de proposition et de pression à l’échelle nationale et africaine pour la prise en compte des droits économiques, sociaux et culturels dans les législations et les politiques publiques.

MISSIONS ET MOYENS D’ACTION

Le Réseau, en sa qualité d’organisation de la société civile, se veut un cadre de solidarité, de partage et de renforcement des capacités (institutionnelle, structurelle et technique) centré sur la promotion des initiatives de développement portées par les jeunes, les femmes et les enfants en Afrique. Il vise surtout la promotion et la protection des Droits Economiques Sociaux et Culturels des Jeunes, des Femmes et des Enfants.

CHAMPS D’ACTION

Le renforcement de capacités des membres

  • les rencontres / formations annuelles des structures membres,
  • les stages pratiques dans les structures et hors des structures,
  • les rencontres échanges entre groupes de base partenaires des structures,
  • les échanges/réflexions thématiques,
  • les échanges d’expériences avec des structures ou personnes ressources extérieures au Réseau,
  • les études/recherches et publications,
  • la valorisation des ressources (humaines et produits),
  • les appuis institutionnels aux structures membres.

La promotion et protection des Droits Economiques Sociaux et Culturels (DESC)

  • l’éveil des populations à la base, des intervenants de la société civile et des décideurs politiques sur les Droits Economiques, Sociaux et Culturels.
  • l’alerte et la veille pour la protection des DESC.

La recherche de financement pour l’accès aux droits à travers des projets

retour au sommaire

METHODOLOGIE ET STRATEGIE D’INTERVENTION

  La méthodologie d’intervention du réseau AOUDAGHOST passe par les études /recherches sur les problèmes de société, l’identification et l’analyse des champs d’intervention et des acteurs concernés et l’information, l’éducation et la formation thématiques avec des techniques et outils spécifiques .

Le Réseau AOUDAGHOST a réalisé plusieurs études thématiques d’actualités nationales et régionales. Ces études ont contribué à une meilleure compréhension de l’environnement interne et externe non seulement à travers des propositions aux organismes publics dans le domaine du développement socioéconomique et culturel mais aussi et surtout des actions de plaidoyer et de lobbying pour la mise en œuvre desdites propositions. Il y a eu entre autres :

  • l’étude sur la micro-entreprise artisanale en 2000 ;
  • l’étude réflexion sur le poids de la dette dans les économies des Etats de l’Afrique 2001 ;
  • l’étude sur la situation des conditions des apprentis d’Afrique de l’Ouest en 2002 ;
  • les études sur l’état des lieux des DESC au Mali, au Sénégal (2002), au Togo (2003), et au Bénin (2005).

Ces études sur les DESC ont été réalisées par le Réseau AOUDAGHOST au Bénin, au Mali, au Sénégal et au Togo, en partenariat avec Terre des Hommes France.

L’information et l’éducation / formation

Les études réalisées sur l’état des lieux concernant les DESC ont démontré de manière éloquente, et ce dans tous les pays concernés, la méconnaissance criarde du PIDESC à tous les niveaux (institutions et administrations de l’Etat, populations et organisations de développement à la base et de défense des droits humains).

A partir de ce constat, l’information, l’éducation et la formation ont été perçues comme, à la fois des préalables et une constante dans la démarche de promotion et de protection des DESC dans tous les pays membres du réseau AOUDAGHOST.

L’approche d’information, d’éducation et de formation a pour objectif de :

Promouvoir les DESC, dans l’esprit et la lettre du Pacte y afférent, auprès :

  • des acteurs sociaux en tant que composante de base de la société civile et prioritairement détenteurs de droits (contenu et enjeux des droits spécifiques, actions à engager pour la jouissance et la consolidation de ces droits, obstacles possibles et dispositions d’exigence, de négociation et de justice),
  • des organisations de la société civile active engagée dans le développement économique, social et culturel en tant que lieu de construction et de défense d’espaces publics démocratiques pour les échanges, les prises de décisions et de positions collectives dans le sens de propositions de politiques alternatives répondant aux aspirations légitimes des populations (contenu et enjeux des droits spécifiques, actions de plaidoyer et de lobby à engager pour la jouissance et la consolidation de ces droits, obstacles possibles et dispositions d’exigence, de négociation et de justice, accompagnement technique volontaire des autorités pour la compréhension et l’application du PIDESC, élaboration de rapports alternatifs et suivi de la mise en œuvre des recommandations du Comité DESC) ;
  • des responsables institutionnels, administratifs et politiques directement concernés par la mise en œuvre et le suivi du PIDESC (respect des DESC, élaboration des rapports officiels, suivi des recommandations du Comité DESC),

Susciter le changement de comportement au niveau du triptyque Etat – acteurs de base - société civile organisée. Ce changement de comportement est indispensable pour la mise en œuvre et l’avenir des DESC surtout pour ce qui concerne le protocole additionnel en tant qu’instrument de justiciabilité et d’exigibilité.

Contribuer à la prise de conscience collective face aux rôles et responsabilités de chaque acteur dans le respect du PIDESC.

Renforcer les capacités des acteurs sociaux pour qu’ils soient à même, d’une part , de revendiquer et d’exiger, en toute connaissance de cause, le meilleur accès possible aux DESC ; de procéder à l’évaluation objective de l’ensemble des programmes de développement par rapport aux objectifs assignés et aux moyens mis en place. Il s’agit de les mettre en situation d’être des acteurs de la bonne gouvernance, tant prônée partout, à travers une participation à hauteur de souhait tout en ayant surtout la possibilité de dénoncer les cas de violation et d’abus de droits reconnus. Aoudaghost sensibilise également les acteurs sur les rôles et responsabilités qui leur sont conférés et dont ils sont comptables à terme, face aux citoyens. Cette démarche est nécessaire pour évoluer vers l’exigibilité et la justiciabilité, non pas au seul sens judiciaire mais aussi et surtout sur le plan de la négociation sachant que le processus de ratification du protocole additionnel sera plus ou moins long selon les Etats, s’abritant derrière la faculté de réalisation progressive des DESC.

Susciter la prise en compte du respect des DESC par les autorités dans les politiques et plans de développement sociaux, économiques et culturels.
Les pratiques de solidarité, les alliances entre réseaux et mouvements sociaux de base, la coopération internationale inspirée des problèmes de développement réels des pays sont les constantes pour une meilleure garantie de l’accès et la protection des DESC ainsi que de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Promouvoir et protéger les DESC pour que les titulaires puissent les revendiquer légitimement dans le sens de leur jouissance effective. Il faut que les lois nationales permettent une lecture claire et précise des moyens prévus, du cadre de collaboration et des prérogatives dérogatoires entre les structures responsables de l’exécution de la politique nationale et tous les acteurs non étatiques (la société civile et secteur privé national).

retour au sommaire

Les techniques et outils utilisés selon le type d’acteur concerné :

Pour mieux véhiculer les informations et les messages d’une part, l’éducation et la formation d’autre part, le réseau AOUDAGHOST utilise les techniques et outils suivants qui sont fonction de la nature de l’information et des messages mais aussi des types d’acteur en face sur les plans local, national et sous-régional (Afrique de l’Ouest).

Les techniques les plus utilisées ont trait à l’animation thématique de réunions publiques, de rencontres-débats, de séminaires, d’ateliers, de forums, de publication dans les médias et de projection de film de témoignage.

Les animateurs / formateurs du réseau AOUDAGHOST, qui sont à la fois internes et externes au réseau, utilisent toutes les langues nationales pour diffuser les instruments juridiques et les informations relatives à la situations des droits, en lien avec les politiques publiques de développement. Des supports pédagogiques audio et visuels sont également utilisés ainsi que manifestations collectives de revendication (marches, campagnes populaires, pétitions…).

retour au sommaire

Les actions en faveur de l’exigibilité des DESC 

Dans l’optique de l’universalité et de l’indivisibilité des droits humains, il est impératif de faire un survol sur les mécanismes existant en matière d’exigibilité et de justiciabilité sur le plan international et international pour entrevoir les possibilités qui s’offrent et les blocages en la matière. Les droits économiques, sociaux et culturels dépendent toujours, bien plus que les droits civils et politiques, du niveau de développement économique du pays (ressources disponibles et potentielles).

Cela compromet leur exigibilité qui devient conditionnelle, tributaire exclusivement de la seule volonté politique des gouvernants en place.

Mais aucun Etat ne peut alléguer cette disposition de la faiblesse des ressources budgétaires pour hypothéquer la réalisation des DESC fondamentaux et indispensables au développement global du pays que sont l’alimentation, la santé, l’éducation, le travail et le logement.

Cependant, la situation de précarité économique, le déficit d’information des populations, le fatalisme et la pesanteur culturelle en Afrique ne favorisent pas d’emblée une démarche cohérente pour exiger dans la durée et avec les formes requises, les droits économiques, sociaux et culturels.

Or, les populations sont victimes, dans tous les pays, de violation de leurs DESC et même si elles parviennent à avoir gain de cause dans de rares cas, ces progrès sont plutôt considérés comme des actes sporadiques de solidarité des pouvoirs publics et ne donnent pas lieu à une législation en phase avec les instruments internationaux.

Le réseau Aoudghost accorde beaucoup d’importance aux concertations, aux échanges d’expériences et aux alliances au sein des sociétés civiles nationales, africaines et internationales militant pour le respect des DESC. Il s’agit de jouer avec efficacité le rôle d’impulsion de la dynamique de prise de conscience, d’organisation, de plaidoyer et de lobbying qui lui sied face aux résistances possibles des institutions publiques et à la méconnaissance des enjeux de droits par les acteurs sociaux à la base.

retour au sommaire

Les méthodes de lobbying auprès de l’Etat :

Sur la base des études de cas, des témoignages récurrents avérés et vérifiables mais aussi les informations puisées dans les conventions, traités et accords internationaux dont les Etats sont signataires, le réseau AOUDAGHOST, ayant fait son credo de la réalisation de ses actions toujours de manière concertée avec d’autres réseaux et coalitions intervenants, engage des actions de lobbying selon généralement la démarche ci-dessous :

  • l’organisation de débats sur les engagements conventionnels et publication des résultats ;
  • l’élaboration de manifestes sur les menaces réelles et potentielles pesant sur les DESC ;
  • l’information et l’interpellation sur les cas de violation des DESC ;
  • l’organisation de campagnes populaires itinérantes sur les DESC ;
  • la mise en place et l’animation de groupes de veille et de plaidoyer au sein des acteurs sociaux et des organismes d’accompagnement sur les différentes catégories de DESC en général ;
  • la création de plate-forme de veille sur les DESC dans les pays membres.

Actuellement, deux plates formes DESC sont fonctionnelles au Mali et au Togo. Celle du Mali a publié en 2007 un premier rapport alternatif sur la mise en œuvre du PIDESC.

retour au sommaire

Expériences concrètes de revendication des DESC et les résultats obtenus

Ces expériences reposent sur l’organisation et la formation des acteurs de base pour revendiquer et exiger les droits au travail, à l’éducation et à la formation, à l’alimentation, au logement, à la santé, le droit à l’éducation et à la formation, le droit d’accéder aux moyens de production, d’accéder aux sites en guise d’exploitation professionnelle.

C’est un devoir impératif pour l’Etat de garantir ce droit fondamental et de créer les conditions de sa jouissance équitable pour tous à travers de politiques plus pertinentes, plus sociales, réellement et fortement soutenues par les acteurs non étatiques et la coopération internationale.

Le réseau Aoudaghost, sur la base d’une initiative de l’ONG GUAMINA en tant que structure membre, a effectué des recherches concernant les maliens rapatriés de la Côte d’Ivoire suite aux événements guerriers survenus dans ce pays limitrophe qui accueillait plus de deux millions de maliens.

  • Sous l’angle du Droit à la santé, l’accès à l’assurance maladie volontaire des femmes, des enfants et des chefs de famille en difficulté à travers leur adhésion à la Mutualité malienne.
    Les concernés ont eu droit au paiement de leurs frais d’adhésion et leurs cotisations mensuelles pour au moins les trois mois de la période d’observation.
    Une campagne de sensibilisation et d’organisation en cellules de mutualité communale a été réalisée ensuite. Elle visait à sensibiliser la nécessité de pérenniser et de généraliser cet acquis à travers des dispositions politiques et juridiques.
    Pour le réseau AOUDAGHOST, au delà d’une motivation singulièrement de solidarité et en dehors de toute logique d’Etat-providence, l’intérêt de cette démarche était d’amener à terme, le département du développement social à élargir cet exemple à tous les maliens résidents, en situation difficile dans tous les secteurs, mais aussi les maliens qui rentrent dans le pays en situation de précarité.
  • Sous l’angle du Droit à l’Education :
    * Dans le cadre d’un partenariat avec le Fonds de solidarité au Mali, les enfants des maliens rapatriés de la Côte d’Ivoire, suite à la situation de guerre dans ce pays, ont été inscrits et/ou réinsérés aux différents niveaux d’enseignement au Mali.
    * Dans le cadre de la formation professionnelle dans l’artisanat, les jeunes artisans ont été organisés et mis en réseau pour revendiquer l’accès à la formation par apprentissage, la reconnaissance de leur formation et l’accès au équipements de production.
  • Sous l’angle du Droit au Logement :
    Dans le cadre du partenariat avec le FNS, les chefs de famille en difficulté rapatriés de la Côte d’Ivoire sont organisés pour qu’il revendique l’accès aux logements sociaux. En attendant, ils ont été dotés des moyens pour se mettre à l’abri avec leur famille.
  • Sous l’angle du Droit aux moyens de production :
    Dans le cadre du partenariat avec les systèmes financiers décentralisés et l’Association professionnelle des institutions de micro finance, le réseau Aoudaghost a renforcé les capacités formatives et d’accompagnement des acteurs professionnels pour leur accès aux financements des micro-entreprises et à la formation professionnelle et technique continue. Le réseau a également négocié des taux préférentiels pour les artisans et les coopératives de femmes.

Le réseau AOUDAGHOST a comblé un vide par sa spécificité thématique à travers notamment :

  • le renforcement des capacités d’intervention des structures membres du réseau pour la conduite de leurs actions sur le terrain,
  • l’information et la formation des décideurs politiques et autres intervenants pour qu’ils puissent comprendre davantage les DESC et travailler dans le sens de leur réalisation et leur protection,
  • l’accompagnement des acteurs socioprofessionnels pour défendre leurs droits,
  • la réalisation d’études thématiques éclairant sur les DESC, la situation d’endettement, économie populaire, l’émigration…,
  • le développement des échanges avec d’autres réseaux et forums notamment en Afrique, en Amérique Latine et en Asie.

retour au sommaire


Mots-clés

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 904246

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site Qui sommes nous ?   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC | Webmaster : Zoul | Logo : www.laboiteapapillons.com

Creative Commons License